Château de Noisy

Herbst 2007

Es ist wie ein Märchen, das Märchen vom verwunschenen Schloß inmitten des Waldes… „Château de Noisy“ (oder seltener: „Château Miranda“WIKIPEDIA war eine Station auf meiner ersten Tour, und leider kamen wir über die rückwärtige Küche nicht hinaus: erwartet dich ein wütend aussehender Belgier mit Schrotflinte, dann stellst du nicht allzu viele Fragen… du gehst halt einfach wieder. Und nimmst einige wenige – und zudem auch noch analoge – Fotos als einzige Erinnerung mit.

Zu einer weiteren Tour kam es nie; innerhalb kürzester Zeit setzten die Vandalen dem Schloß so grausam zu, dass sich die Anfahrt tatsächlich nicht mehr gelohnt hätte – das marmorne Treppengeländer zerschlagen, der Kamin aus der Wand herausgerissen, ein Feuer in einem Teil des Oberstocks…

Blinde Zerstörungswut – wie oft ich sie sehe, wie sehr ich sie hasse. Nachdem „Château de Noisy“ von der Denkmalschutzliste gestrichen worden war, wurde es vollständig abgerissen.

Auf einem Flohmarkt erstand ich ein winziges vergilbtes Buch mit dem Titel „La commune de Gendron-Celles — son histoire, son église, ses châteaux (1925)“, in welchem auch Noisy Erwähnung findet – der Wortlaut folgt als Zitat.

Le château de Celles appartient par transmission de famille et du chef de la mère, dernière héritière de la maison des comtes de Beaufort, barons de Celles, à M. le comte de Liedekerke Beaufort, Maréchal de la Cour de Sa Majesté le Roi des Pays-Bas, qui habite maintenant une modeste, mais jolie maison de campagne, dans le genre de ce qu’on appelle ferme ornée en Angleterre. Il s’y occupe d’agriculture.

Cette maison, qu’on veut bien nommer château, s’apelle Noisy; elle est située sur un assez vaste plateau au-dessus d’une des montagnes qui cernent le château de Celles. Elle a des allées d’arbres, soit dans la plaine, soit dans les bois qui l’environnent, qui conduisent à des points de vue piquants et pittoresques, tantôt sur le château de Celles, tantôt sur la vieille église, et toujours sur des vallons riches en verdure et très riants de tous les côtés.

Le roi Guillaume Premier des Pays-Bas, dans une tournée qu’il fit à Bouillon en 1823, honora M. le comte de Liedekerke Beaufort, son maréchal, de sa présence à Noisy, où il dîna et passa la nuit. Il voulut, dans l’après-dînée, visiter par lui-même l’antique donjon des barons de Celles.

Sa Majesté a témoigné sa surprise de la bonne conversation de ce gothique édifice et en a beaucoup recommandé le maintien au propriétaire, qui lui a répondu: »Je maintendrai.«

Château Noisy 1925 Faisant vis-à-vis à l’antique manoir de Celles, se dresse le nouveau château, construit vers la fin du siècle dernier. Appelé château de Miranda, ou plus communement Noisy, il s’élève dans le parc d’une ancienne maison, aujourd’hui disparue, et qu’on désignait sous le nom de »Château de Noisy«.

Le château de Noisy était, vers le milieu du XVIIIe siècle, une ferme dépendant de la terre de Celles et du château de même nom. A l’époque de la Révolution, les parents du comte Hilarion quittèrent le château de Celles, où ils se trouvaient trop en vue et trop sujets à être inquiétés, et allèrent s’installer dans la ferme voisine de Noisy. Le bâtiment fut peu à peu agrandi et approprié à son nouvel usage.

La tourmente révolutionnaire passa. Mais les habitants de Noisy s’étaient habitués à leur nouvelle demeure. Le vieux château de Celles, qu’on avait quitté provisoirement, resta délaissé et l’installation dans la ferme de Noisy devint définitive: la moderne construction prit le nom de château.

Le château de Noisy, habité encore il y a moins de vingt ans, seul a disparu. Touchant à l’emplacement qu’il occupait autrefois, ne se dresse plus qu’une des anciennes annexes du château, une petite ferme d’exploitation, désignée, comme jadis, sous le nom de Ferme de Noisy.

Une nouvelle habitation a été construite non loin de là, sur les bords du plateau, et domine le vieux château de Celles. Le passé et le présent se font donc face dans un harmonieux accord.

 

Soundtrack: „Ending“ · Peter Sandberg · Balm

Über Spotify abspielen